Histoire du foie gras

    Le foie gras est obtenu après l’engraissement et le gavage des oies et des canards, c’est une tradition culinaire qui remonte aux égyptiens.
De l’héritage des premiers gaveurs

    L’histoire du foie gras remonterait de -4500 à -2500 avant notre ère, comme l’atteste la présence de gaveurs sur  des  fresques de Saqqarah. En effet, les égyptiens auraient déjà remarqué cette tendance naturelle des palmipèdes à s’engraisser pour passer l’hiver et accomplir leurs longs périples. Ils auraient donc appuyé cette habitude en les gavant au moyen de boulettes de graines cuites.
    
    Puis, Cette pratique s’est transmise aux Romains, qui eux gavaient leurs oies au moyen de figues séchées. Au IVème siècle paraîtra même la première recette d’Apicus, sous le nom de « Jecur Ficatum » (ou foie aux figues), dénomination qui donnera naissance quelques siècles plus tard au mot « foie » que nous utilisons dans notre langue.
    
    Après la chute de l’Empire Romain, la tradition du foie gras a été conservée, notamment en Europe de l’Est au sein des communautés israélites, qui n’avaient pas le droit d’utiliser d’autres matières grasses que celles issues du canard et de l’oie. Ils répandirent peu à peu la méthode de l’élevage et du gavage au maïs dans toute l’Europe, notamment à l’est de la France et en Hongrie : Méthode qui s’implanta ensuite dans des régions devenues emblématiques comme l’Alsace, le Sud Ouest de la France et aujourd’hui le Berry.